AUTOCONSTRUCTION D'UNE MAISON EN OSSATURE BOIS

AUTOCONSTRUCTION D'UNE MAISON EN OSSATURE BOIS

Installation d’une pompe à chaleur dans une maison à ossature bois

DSC_3359

 

 

La pompe à chaleur est bien souvent dénigrée et moi-même j’y ai contribué à une certaine époque. Cependant les choses évoluent et tant mieux car à ce niveau c’est une très bonne chose pour moi.

 

A l’heure ou on nous parle de plus en plus de faire des économies d’énergies, d’augmentation du coût de celles-ci et de la perte de pouvoir d’achat, j’en suis arrivé à étudier la faisabilité d’intégrer dans lamobdepat une pompe à chaleur réversible.

 

Cette révision de ma part a aussi beaucoup été guidée par le fait que ma compagne supporte de moins en moins les surchauffes estivales jusqu’à en devenir fortement affaiblie. C’est donc ainsi dans un premier temps que j’ai commencé à envisager une petite climatisation dans la pièce de vie. C’est-à-dire l’endroit où nous sommes le plus dans la journée.

 

 

Je suis parti du principe que ma maison construite en 2010 (hors RT 2012 - RE 2020) étant très bien isolée et donc que celle-ci a besoin que de très peu d’énergie pour maintenir une température de confort en hiver, qu’il en serait de même pour maintenir une température de confort en été.

 

Je rappelle pour ceux qui ne connaissent pas encore ce blog et qui arriveraient directement sur cet article que pour une raison de contrainte de budget que l’isolation de la maison a été réalisée avec de la laine de roche avec une densité faible dans les 28 kg/m3. Ce qui est très bien thermiquement pour l’hiver, mais pas du tout performent pour l’été. En effet le déphasage mesuré en situation réelle n’est que de 6 heures. Ce qui demande une bonne gestion des ouvrants et de l’occultation solaire pour tenter de limiter la pénétration de la chaleur dans l’habitat.

 

En terme de température de confort pour l’hiver, je positionne celle-ci sur un 19 à 20°C max et pour l’été celle-ci est positionnée à 24°C max. En Dordogne dans le Périgord blanc, nous connaissons des pics de chaleur très importants et ce pas uniquement en cette année 2022 ou ceux-ci ont été très élevés. Les années antérieures il met arriver de constater à l’ombre de la façade nord de la maison des températures de 39 – 40°C. Cette année celles-ci sont montées jusque 42°C.

 

Avant d’avoir la pompe à chaleur air/air qui a été installée en novembre 2021, nous arrivions avec une bonne gestion des ouvrants et de l’occultation solaire et avec une forte ventilation nocturne à ne pas dépasser 27°C à l’intérieur de la maison quand il faisait au plus chaud dehors avec une température pour 2021 de 40°C. Cette température de 27°C est tout à fait honorable compte tenu de la nature de l’isolant versus un isolant bio-sourcé de type laine de bois ou ouate de cellulose et sachant de plus, que la maison repose sur une dalle en bois et donc moins d’inertie qu’une dalle béton.

 

Comme je l’ai précisé plus haut, il m’a fallu construire cette maison avec une contrainte budgétaire à ne pas dépasser et c’est pourquoi qu’en plus du choix de la laine minérale comme isolant, j’ai aussi fait le choix de chauffer la maison avec des radiateurs électriques à fluide caloporteur. Mon raisonnement de base était de capitaliser au maximum sur la performance thermique de la maison et donc avoir besoin de très peu d’énergie pour chauffer celui-ci pendant l’hiver. A l’époque de la construction les isolants bio-sourcés n’étaient pas aussi compétitifs qu’à présent en terme de prix et ceux-ci ne rentraient pas dans mon budget. Ce qui est bien sur dommage car si mon enveloppe avait été plus importante, ma valeur de déphasage serait passée dans les 10 heures au lieu de 6 et la gestion de la surchauffe estivale avec la sensation d’inconfort aurait été bien mieux maîtrisée.

 

Quoiqu’il en soit, je ne peux pas réécrire l’histoire et à présent je suis contraint de faire avec.

 

Grace à la performance thermique de la maison et à une gestion raisonnée, la consommation électrique est bien acceptable compte tenu de la configuration de la maison (tout électrique avec chauffe-eau classique et vmc simple flux). Depuis la construction de la maison, la consommation annuelle tourne entre 5900 à 6000 KW pour une maison de 104 m² habitables. Ce qui correspond d’après les statistiques d’EDF à une consommation inférieure de 30% par rapport à la consommation moyenne d’une maison similaire au niveau national. Ce qui démontre bien l’importance de l’isolation dans les maisons. Aujourd’hui avec la RE 2020 les choses évoluent dans ce sens, mais à l’époque de ma construction ont était pas du tout sur les mêmes paramètres et certaines maison maçonnées étaient encore isolées avec du polystyrène de 8 cm dans les murs et 20 cm au plafond. Pour vous donner une échelle de comparaison, la maison est isolée avec 22 cm dans la dalle bois – 27 cm dans les murs – 35 cm au plafond.

 

Bien maintenant avec ce préambule nécessaire pour bien comprendre, je peux vous parler de la pompe à chaleur avec un recul en terme d’utilisation et donc aussi de consommation sur un an. Avant tout ma crainte pour l’utilisation de la pompe à chaleur était de recevoir un flux d’air trop important qui serait générateur d’une sensation d’inconfort. Ma crainte à ce niveau était partiellement fondée. Car oui il est vrai que lorsque que je suis à moins de 2 mètres de la pompe à chaleur que je sens le balayage du flux d’air. Cependant comme la maison est très bien isolée une petite pompe à chaleur de 3500 w était suffisante. Ce qui fait que j’ai une petite pompe à chaleur dans une grande pièce de 50 m² et donc la sensation de flux d’air n’est vraiment pas importante car le flux d’air est très diffus. D’autant que le ventilateur en réglage automatique se positionne toujours sur la vitesse de ventilation la plus faible. Sauf au moment de l’allumage de la PAC lorsque celle-ci est éteinte. Car à ce moment le ventilateur tourne plus vite pour atteindre la température de consigne. J’ai constaté aussi que la PAC l’hiver a un peu plus de mal à maintenir une température toujours constante au degré près. Après cela se produit souvent lorsqu’il gèle pendant la nuit et la PAC a tendance à ce moment à chauffer un peu plus. Maintenant je commence à connaître et quand je sais qu’il va geler je baisse juste d’un degré la température de consigne avant d’aller me coucher et le matin je remonte d’un degré si nécessaire. Par contre l’été, la température de consigne est toujours linéaire.

 

L’été j’utilise à présent la PAC en climatisation si la température de la maison dépasse les 24°C ou pour maintenir une température de 24°C. Autrement, je ne l’utilise pas. Nous avons conservé nos habitudes éco-responsables de gérer au mieux la température de la maison pour éviter d’avoir recours à la climatisation. Cependant avec cette chaleur de l’été 2022, nous avons utilisé la PAC et en général à partir de 12 heures au plus tôt et 15 heures au plus tard. La consigne étant toujours la même, à savoir, ventilation nocturne à fond et fermeture des ouvrants et des occultants le matin dès que la température extérieure atteint celle de l’intérieure. L’été quand il fait vraiment très chaud, j’installe un ventilateur qui envoie de l’air froid de la pièce de vie vers le couloir qui dessert les chambres. De cette façon les chambres arrivent à récupérer un peu de fraîcheur. Et dès que la température le soir descend vers les 25°C nous ouvrons pour ventiler toute la nuit. Bien entendu, l’horaire varie en fonction des températures de la journée et la capacité de la température à baisser la nuit. Par chance nous sommes dans le vallée de l’Isle à proximité d’une rivière qui nous permet d’avoir tout de même des nuits fraîches. Sauf vraiment en pleine période de canicule ou là, la température a du mal à baisser.

 

Maintenant parlons du coût de l’installation et des économies réalisées depuis l’installation de la PAC même en l’ayant utilisée en climatisation.

 

Le coût de l’installation par un professionnel m’a coûté 1250 € après le crédit d’impôt de 150 € que j’ai reçu rapidement. Attention il faut un accord préalable d’éligibilité avant de faire installer la PAC et même avant de signer le devis. Autrement votre dossier sera refusé.

 

Ma consommation électricité a baissé même en ayant utilisé la PAC en climatisation avec un été historiquement très chaud et un hiver 2021/2022 particulièrement froid chez moi avec des températures négatives de l’ordre de -5 à -7°C pendant au moins 3 semaines. Ce qui n’était pas le cas en comparaison N-1 et c’est donc un facteur qu’il faut aussi prendre en compte. Malgré tout cela, ma consommation est passée de 6006 kw à 4976 kw. Soit 1030 kw de moins ce qui représente un -17%.

 

Franchement je ne m’attendais pas à un tel résultat.

 

En conclusion, oui la PAC m’a permis de faire des économies d’énergies tout en me procurant plus de confort l’été. Avec l’économie réalisée et si elle reste à ce niveau, la PAC devrait être amortie en 8 ½ ans et sans tenir compte de l’augmentation de l’électricité les années à venir.

 

Dans un projet futur, j’étudie l’installation de panneaux photovoltaïques d’une puissance de 3 kwc couplés à un routeur solaire pour alimenter mon chauffe-eau et viser une autoconsommation la plus élevée possible.

 

Voilà, j’espère que cet article vous sera utile si jamais vous êtes dans le questionnement qu’en à l’utilisation d’une pompe à chaleur réversible dans une maison très bien isolée.

 

 

 



07/12/2022
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 310 autres membres